Author


Iona Louis


Iona (Annick) Louis est une écrivaine française. Elle est née le 12 juin 1963 à Bellac, en France. Le métier de son père, militaire, l'a amenée à parcourir le monde qui a peuplé son enfance de senteurs, de couleurs et de plusieurs cultures auxquelles elle reste très attachée. Elle ne connaîtra vraiment la France qu'à partir de 16 ans pour y terminer ses études.

Elle a publié son premier ouvrage en 2009 après la mort de ses deux plus jeunes enfants.

 

Il se cache dans ma tête une multitude de souvenirs extraordinaires chargés de couleurs, de danses, de chants, de mer turquoise, d’épices ainsi que des senteurs suaves et chaudes. Je garde l’empreinte de la Polynésie Française, de l’ile de la Réunion et surtout de l’Afrique. Djibouti dans une moindre mesure, mais toute mon affection va au Niger.

 

Niamey, le sud Sahel, le Sahara m’ont marquée très profondément, à tel point que pendant longtemps j’ai dit avoir la double culture. Rentrée en France pour mes études, j’ai eu l’impression de ne pas être chez moi. Je ressentais un tel décalage que je pensais ne pas être comme les autres. Cette dissonance se ressentait partout et en permanence. Je n’avais rien à dire, ne comprenais pas leurs centres d’intérêt. Je ne connaissais rien de la France et ils ne connaissaient rien de l’Ailleurs. J’étais comme une exilée dans mon pays natal. Mes repères étaient effacés. J’étais complètement perdue.

 

Ce mal-être disparaissait pourtant aussitôt que je rencontrais des gens arrivant ou ayant vécu à l’étranger. Nous étions attirés et c’en était presque drôle. Je me retrouvais soudain en terrain connu et familier. Je retrouvais ma spontanéité. La communication s’installait claire, légère, limpide, simple et naturelle. Ce sentiment est toujours vrai aujourd’hui.

 

J’écris depuis très longtemps. Je me souviens lors de l’apprentissage de la lecture et de l’écriture de la fascination que les mots exerçaient et exercent toujours sur moi. Ils chantent ! Très vite, j’ai pris plaisir à raconter dans des cahiers mes rencontres, mes découvertes, mes états d’âme. À 9 ans, j’ai écrit ma première histoire en dehors des rédactions imposées.

 

Puis au fil des années d’adolescences, j’ai griffonné des lettres en pagailles, des poèmes, des histoires courtes. Je ressentais un grand plaisir et je pouvais m’exprimer « normalement ». J’ai laissé partout des bouts de textes, des histoires. La vie active a mis en sourdine ce mode d’expression mais mon métier me permettait d’écrire, de rédiger. Bien souvent me fut reprochée ma tendance à trop vouloir en dire.

 

L’écriture fait partie de ma vie. Je l’ai compris bien plus tard, à un moment particulièrement difficile de ma vie. J’ai repris la plume grâce à mes enfants, en 2009.

 

Cette année là, j’ai écrit « Lettre à Clara » au sortir du tribunal suite à la mort de ma fille. L’impulsion d’écriture est née à la fois de ma colère et de mon désespoir. Ce sont aussi ces deux sentiments qui m’ont poussée à présenter le manuscrit à l’édition. Il a été immédiatement accepté et j’ai choisi les « Editions Jets d’encre ».
 
Les regards positifs sur mon écriture m’ont confortée à sortir de leur sommeil des ébauches de romans que je n’osais présenter. Je vous propose de les découvrir.


Promote this page:

Arnaud Rossard, technicien du son O-nyx, groupe de rock Paula Cossart, Professeur en sociologie Littérature érotique, Livres pour les femmes. Retrouver votre libido avec les livres!