Book


Complot au Sikkim - Crimes en Himalaya tome 4 Bernard Grandjean


C’est l’effervescence à l’école de Namdang au Sikkim : la pièce de théâtre tirée d’un opéra tibétain, dont Gopika interprète le premier rôle, a retenu l’attention du directeur d’une revue culturelle internationale. Un rayon de soleil dans l’atmosphère brumeuse de cette veille du Nouvel An tibétain ! D’autant que la situation politique est préoccupante, entre les violences d’une grève générale et les tensions à la frontière entre l’Inde et la Chine. Mais voilà qu’avec la mort étrange d’un commerçant népalais de Namdang, les premières pièces d’un inquiétant puzzle se mettent en place. Gopika, Doc Tenzin et leurs amis devront faire appel à toutes leurs ressources pour déjouer un noir complot destiné à embraser la région.

 

 


Publisher: Les éditions du 38
Publication date: 25/04/2018

Promote this page:

Avis des Rebelles

Toujours autant de plaisir à lire les aventures de Gopika et Doc Tenzin !

Par Marie Nel

Quand j'ai appris il y a quelques temps que Bernard Grandjean allait finalement écrire un quatrième tome alors qu'il n'était pas prévu initialement, j'en étais très contente et j'avais hâte de le découvrir. C'est chose faite aujourd'hui, et je suis toujours aussi conquise par le style de l'auteur, par ses personnages, par sa façon de nous emmener dans les régions lointaines Himalayennes, par tout ce que l'on apprend à chaque fois sur ces contrées, par l'histoire et le suspense qu'il sait mettre dedans.

On reste au Sikkim, là où habitent nos deux héros, Doc Tenzin et Gopika. Celle-ci n'est pas au top au niveau moral, suite à ses déboires sentimentaux. Sa vie est égayée par une pièce de théatre jouée dans l'école où elle enseigne et dans laquelle elle occupe le premier rôle. Connaissant Gopika et son amour pour le cinéma, cela ne pouvait que lui convenir. Elle emploie maintenant une jeune fille qui va vivre un grand drame, son père commerçant va être retrouvé mort, apparemment un suicide. Mais lorsque Doc Tenzin voit les marques autour du cou du défunt, il comprend vite que ce n'en est pas un et qu'il a été victime d'un meurtrier. Gopika va héberger cette jeune fille et lorsqu'elle comprendra que ce meurtre a été commis pour de noirs desseins politiques, elle et Tenzin vont tout faire pour déjouer ce complot.

L'intrigue est toujours aussi bien menée, le suspense reste entier tout le long, l'auteur met ses héros dans des situations complexes, on a peur pour eux. Gopika est toujours cette femme au caractère bien trempé, elle se pose cependant beaucoup de questions sur sa vie sentimentale, elle voudrait trouver enfin la bonne personne avec qui vivre. Elle est parfois un peu naïve et s'attache un peu trop vite, elle ne se méfie pas assez, et pourtant son amie Shirley la met en garde plus d'une fois. Nous en tant que lecteurs, on voit la jeune femme aller droit dans un mur, ça semble trop beau pour être vrai. Et quand elle va s'en rendre compte, elle arrivera à dominer la situation malgré la peine causée. Elle comprend qu'elle est heureuse lorsqu'elle peut faire le bonheur des autres, elle a fait un long cheminement pour en arriver là.

Outre ces histoires de cœur, nous sommes plongés en plein chaos entre l'Inde et la Chine, beaucoup de tensions aux frontières, beaucoup de violences, Bernard Grandjean décrit bien tous les problèmes que ces peuples peuvent rencontrer, les menaces qu'il peut y avoir, on en apprend un peu plus sur les différentes castes, leur historique et leurs différends. Et les conséquences que tout cela peut avoir sur la population toujours plus brimée.

Comme pour les précédents tomes, c'est une histoire très complète que nous offre l'auteur. En plus du côté historique, il nous parle du théatre, de son sujet tiré d'un opéra célèbre tibétain, il nous décrit les costumes, les maquillages, la mise en scène...on est plongés dans l'Histoire avec un grand H du pays, dans des scènes de la vie de tous les jours, dans un côté plus festif avec la mise en place et les répétitions du théatre, dans un suspense haletant en ce qui concerne le crime et enfin dans la romance avec Gopika et ses affaires de cœur.

Je ressors une fois de plus charmée par ma lecture, je pourrais vous en parler encore pendant longtemps, j'aime ce voyage que nous offre cette lecture, c'est un pays que j'aime beaucoup, par ses couleurs, ses coutumes, ses hauts sommets et tout cela fait bien partie du roman, c'est donc un régal à lire.

Si vous n'avez pas lu les autres épisodes, cela ne dérange en rien la lecture de celui-ci, quelques références sont notées, mais ça ne gêne en rien à la compréhension. Par contre, je suis sûre qu'une fois fini ce quatrième tome, vous n'aurez qu'une envie, découvrir les trois autres !

À noter, une magnifique couverture représentant bien le roman, réalisée comme pour les autres tomes par Anne-Éléonor Olivier, c'est un plaisir pour les yeux.

La fin de cet épisode me donne à espérer qu'il pourrait y avoir un autre, en tout cas, je ne m'en lasse pas. Alors si Bernard Grandjean me lit, je ne suis pas contre une nouvelle enquête pour Gopika et Tenzin, et faire enfin rencontrer le grand amour à la jeune femme, pourquoi pas ?

En tout cas, je remercie beaucoup Bernard Grandjean pour ces très bons instants tellement enrichissants au cours de ma lecture et je félicite les éditions du 38 pour ces parutions d'une grande qualité.

 


Note globale: 20/20
Style d'écriture: 20/20
Intrigue: 20/20
Personnages: 20/20
Suspense Humour Addictif

Coup de cœur ! Amour et complot au pays de Gopika.

Par Goéwin

La jolie Gopika, professeur d’anglais et de hindi au collège de Namdang dans le Sikkim, retrouve ses amis le docteur Tenzin Mingour, médecin traditionnel tibétain et lama Tsültrim, professeur de religion au monastère de la Rivière Blanche, pour leur traditionnel pique-nique du mercredi. Une fois n’est pas coutume, il ne se tiendra pas dehors, vu les conditions climatiques, mais à l’intérieur du gymnase où les élèves répètent les danses qu’ils interprèteront lors de la représentation de Zukyi Nyima. Il s’agit d’un opéra traditionnel tibétain très connu. Le directeur de l’école de Namdang, Gendün Norbou, l’a transformé en pièce de théâtre et Gopika y tient le rôle principal, celui de Zukyi Nyima, une reine indienne, fille de brahmane. Gopika n’a guère le moral et Doc Tenzin espère que son rôle dans la pièce la distraira et lui permettra de retrouver sa joie de vivre. Dans le même temps, la situation politique est particulièrement tendue : grève générale violente, sabotages et plus que jamais, des tensions à la frontière entre l’Inde et la Chine. Enfin l’assassinat d’un commerçant népalais qui n’est autre que le père de Sunita, l’employée de maison de Gopika, va entraîner nos amis sur les traces de dangereux comploteurs.

Je remercie chaleureusement Anita Berchenko ainsi que Les Éditions du 38 pour l’envoi de « Complot au Sikkim ». J’avais hâte de connaître la suite des aventures de Gopika et je l’ai retrouvée en pleine déprime. Elle n’a vraiment pas le moral pour plusieurs raisons : le mauvais temps ; l’obligation d’économiser le gaz ; la venue de Sunita, son employée de maison, qui trouble la solitude à laquelle elle aspire ; sa brouille avec son amie Shirley et surtout son coup de foudre pour deux hommes à la fois. Heureusement, son ami Doc Tenzin est là pour la soigner, ce qui nous permet d’en apprendre un peu plus sur la médecine traditionnelle tibétaine. Nous assistons à une consultation et c’est tout à fait surprenant. Tout comme la croyance du Doc aux présages : « C’est un très mauvais présage ! Quand un chien creuse un trou sans raison apparente, on dit au Tibet qu’il creuse une tombe… » ou encore les consignes qu’il donne pour prendre les médicaments. J’admire profondément toutes les connaissances de Bernard Grandjean et c’est un véritable plaisir de le lire. Sa plume est telle que dès les premières lignes, je suis transportée à Namdang et immergée dans la vie de Gopika et de ses amis. C’est vraiment un voyage fantastique.

À chaque nouveau tome, je découvre un peu plus la vie quotidienne en Inde ainsi que les us et coutumes indiens et tibétains. Gopika prend de plus en plus d’importance au fil des volumes. Notre Fleur de Bombay a un cœur d’or et devant la détresse de Sunita qui se retrouve seule au monde, elle n’hésite pas une seconde et lui propose de venir habiter chez elle. Tout comme elle se tiendra à ses côtés pour toutes les cérémonies de prières et de la crémation. Mais c’est aussi une jeune femme qui rêve d’aimer et d’être aimée. Elle cherche le bonheur et l’amour, prise entre modernisme et anciennes coutumes. C’est un magnifique personnage de femme et elle se montre d’une intelligence redoutable lorsqu’il s’agit de résoudre une enquête. Nous en avons la preuve une fois de plus dans « Complot au Sikkim ». Par contre côté cœur, elle n’a vraiment pas de chance.

Gopika peut compter sur le soutien de ses amis, en particulier sur celui de Shirley, sa complice actrice, qui n’hésitera pas à mettre leur amitié en danger pour lui remettre les idées en place. Elle ne mâche pas ses mots et se comporte en véritable amie. Leurs dialogues sont un régal. Et puis nous avons le docteur Tenzin Mingour qui est un véritable sage. Mais alors là, il m’a bluffée avec ses pouvoirs de napka ! Dans ce quatrième tome, Bernard Grandjean nous fait découvrir l’Opéra Tibétain. À cette occasion, j’ai appris qu’il avait été inscrit en 2009 au patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l’UNESCO. J’ai adoré tout ce qui concernait cet opéra ou Aché Lhamo, en particulier l’histoire de Zukyi Nyima/Corps de Soleil et les versets, extraits du texte original.

Une fois de plus, Bernard Grandjean m’a totalement captivée. D’une plume élégante, avec des mots bien choisis et des personnages toujours plus attachants, il m’a enchantée par son récit qui mêle Histoire et traditions, humour et fantaisie, réalisme d’une enquête policière et dénonciation de la situation politique au Tibet et en Inde. C’est toujours avec un petit pincement au cœur que je quitte Gopika et ses amis et j’attends avec impatience la suite de leurs aventures. Je ne peux que vous recommander chaleureusement « Complot au Sikkim ». Pour moi, c’est un coup de cœur.


Note globale: 20/20
Style d'écriture: 20/20
Intrigue: 20/20
Personnages: 20/20
Suspense Humour Addictif

Arnaud Rossard, technicien du son O-nyx, groupe de rock Paula Cossart, Professeur en sociologie Littérature érotique, Livres pour les femmes. Retrouver votre libido avec les livres!