Livre


Une vie entre parenthèses Alicia D.


« Ce soir-là, pour moi, tout va basculer. Je ne comprends toujours pas, j’ignore où je me situe, mais je décide que mon histoire doit être publiée pour que la seule personne au monde qui me fit tant de mal cette soirée-là, se souvienne de moi. J’existe et le mutisme où il m’a enfermée pendant 30 ans, eh bien, c’est terminé ! »

La malveillance abjecte d’un individu signe avec brutalité la fin de l’enfance d’Alicia D. Elle la précipite dans une spirale d’échecs et de souffrances, l’oblige à disparaître devant les volontés et désirs des autres durant trente ans. Ce long silence dans lequel elle s’enferme permet-il d’effacer le passé ? Hélas, les traumatismes demeurent et se nourrissent des non-dits pour agrandir la plaie.
Lutte après lutte, l’auteur apprend à dire « non ». Elle vit de petites victoires lorsqu’elle accorde enfin de l’attention à son ressenti. L’écriture aux bienfaits curatifs, lui permet d’entamer ce procès auquel elle n’a jamais eu droit, de faire preuve de résilience et la libère pour éprouver sa vie de femme.


Editeur: Editions du Panthéon
Date de parution: 30/05/2014

Promouvoir cette page:

Avis des Rebelles

Un récit poignant, bien écrit, mais qui m'a révoltée à divers niveaux.

Par Cocomilady

Alors attention, il va bien falloir dissocier mon avis personnel, que je donnerai à la fin, sur le fond et les réactions d'Alicia. Je ne pouvais pas rester sans réaction, car ce récit m'a touchée, en rappel avec mon passé, même si je n'ai pas vécu de viol (il y a beaucoup d'autres tortures en ce bas monde)...

Je vais donc commencer par parler de la forme. Cette autobiographie est bien écrite, elle se lit très vite et l'on imagine et vit facilement les faits relatés. Le début est d'ailleurs terrible, dérangeant et affligeant. J'en suis ressortie révoltée pour cette petite fille qui demandait juste à vivre une enfance normale et pensait continuer sa route tranquillement. Mais un monstre en avait décidé autrement... Ce sera le début des erreurs pour elle qui va refuser d'affronter et révéler la vérite. Or on se doit d'affronter ses traumatismes et régler ses problèmes avant d'enfanter, car le corps à une mémoire et on lègue ses souffrances à des enfants qui n'ont rien demandé.

J'ai lu ce livre quasi d'une traite quand j'ai eu l'histoire au complet. Le début m'a pris aux tripes. J'étais effondrée en imaginant la souffrance de cette enfant pure et naïve. On suit ensuite la vie de cette femme torturée jusqu'à sa prise de conscience, très longtemps après malheureusement.

Maintenant, je me dois de partager mon avis personnel sur les réactions d'Alicia, j'espère qu'elle ne m'en voudra pas. J'ai été gênée par son ton accusateur durant tout le roman. Elle se pose en victime, enfonce son mari pensant qu'elle assume, qu'elle n'est pas égoïste et lui demande sans cesse de se soigner sans se remettre en question elle-même, ni se rendre compte qu'elle est pareille. Elle exige des enfants bien qu'il n'en veuille pas : on ne fait pas d'enfants pour soulager sa souffrance, on l'affronte, la traite et une fois rétabli, on peut donner la vie. Les vraies victimes, et j'ai souffert à chaque ligne pour eux, ce sont les enfants : Alicia à 13 ans, puis ses propres enfants, qui vont voir des scènes terribles, vont devoir porter leur père qui a tenté de se suicider, supporter leur mère qui agit comme la victime principale quand ce bébé décède chez elle, allant jusqu'à empiéter sur la douleur des parents qui vont devoir la supporter durant ce terrible deuil. Je pense vraiment qu'il y a un gros travail à faire pour affronter la dure réalité, se rendre compte des erreurs terribles que l'on a commise, faire un mea culpa auprès de ces enfants qui ont récupéré un fardeau et des responsabilités qu'ils n'auraient jamais dû avoir...

Comme je le répète souvent, ce n'est que mon avis mais après mes propres traumatismes, je ne pouvais rester sans réaction, en espérant que ça serve à ces enfants pour leur vie future. Je m'excuse par avance si l'auteure me trouve dure avec elle, mais je ne me tairai jamais devant ce que je considère comme de l'égoïsme et de la maltraitance, même involontaire.

 


Note globale: 14/20
Style d'écriture: 14/20
Intrigue: 14/20
Personnages: 8/20

Arnaud Rossard, technicien du son O-nyx, groupe de rock Paula Cossart, Professeur en sociologie Littérature érotique, Livres pour les femmes. Retrouver votre libido avec les livres!